Blog

séparateur titre

Interviews

Interview : Benjamin Del Moral explique les secrets de fabrication de son livre

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Donner une note à cet article) 33 notes
| 2 907 | 0

DESSIN_BONNETBenjamin Del Moral est préparateur physique dans le rugby. Il vient de publier « Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques », un livre sur la prévention des risques de blessure chez les sportifs. Interview.

 

 

 

Vous venez d’écrire un livre sur la préparation physique expliquez-nous pourquoi?

C’est en réponse à un désir exprimé par les étudiants lorsque j’interviens dans les Master ou les Diplômes Universitaires…souvent ils me demandent les documents, les programmes que j’utilise pour construire mes plans d’entraînements dans la dimension prophylactique (limitation et réduction des risques de blessures). Je me suis dit ; pourquoi pas écrire un livre, sachant en plus qu’il n’y a pas de publication en français qui traite de ce sujet dans sa globalité. Je tiens à ajouter que si j’ai mis en avant cette approche prophylactique, c’est qu’à mon sens, elle ne constitue pas une priorité pour les préparateurs physiques français qui manquent d’outils pour  intégrer davantage ce type d’entraînement et individualiser avec précision leurs programmes. Il me paraissait très important d’y consacrer un chapitre, mais ce thème est aussi transversal à l’ensemble de l’ouvrage. Ce livre répond donc à une attente des préparateurs physiques et coachs sportifs sur la place de la prophylaxie dans une logique de performance car comme le souligne Bill Knowles, spécialiste en réathlétisation et en prévention des blessures : « en définitive, prophylaxie et performance ne font qu’une si elles sont articulées correctement. »

 

 

À qui s’adresse-t-il ?

Ce livre s’adresse aux préparateurs physiques, kinésithérapeutes et étudiants en sport, mais aussi à toute personne curieuse qui s’intéresse à la préparation physique et à l’intégrité physique du sportif ou professionnels (pompiers, militaires, policiers, danseurs…).  Pour cela, je veuille à adopter un vocabulaire assez simple (ni trop spécifique, ni trop technique) et un langage accessible pour créer une connexion avec le plus grand nombre sans tomber dans la vulgarisation.

 

 

Combien de temps avez-vous consacré pour ce livre ?

Ça fait plus de cinq ans que je mûri ce projet. Je me suis nourri de mes expériences sportives et professionnelles. Elles m’ont permis d’aborder la préparation physique sous un autre angle, celui de la prophylaxie, les contours de ce livre sont donc devenus de plus en plus nets. Pour la rédaction j’ai travaillé six mois  et l’écriture a dû s’imposer dans les interstices de mon quotidien, notamment mes occupations professionnelles avec le Lou Rugby. Certains jours j’écrivais plusieurs paragraphes, d’autres jours je n’accouchais que de deux ou trois lignes…Mais lorsque l’on parle de ce qu’on aime on y arrive toujours !

 


Ce livre est-il le reflet de votre propre expérience ?

Bien entendu, je me suis appuyé sur mes expériences personnelles et professionnelles. Ce n’est pas un autoportrait, plutôt le reflet de mes perceptions dans le domaine de la prophylaxie intégré à une logique de performance.

 

 

Vous parlez souvent de prophylaxie. En quoi la prophylaxie est différente de la prévention ? 

De manière générale, la prophylaxie est l’ensemble des mesures et moyens visant à protéger contre les maladies et traumatismes et leur prolifération. Ce concept médical prend sens dans la préparation physique, où la prophylaxie fait précisément référence à un ensemble de moyens et de méthodes mis en œuvre pour réduire et limiter les risques de blessures liés aux contraintes de l’entraînement ou de la compétition, dans le but de préserver à court, moyen et long terme, l’intégrité physique des athlètes.  La prophylaxie consiste ainsi à identifier les sujets à risque, les facteurs de risque, les causes et les mécanismes des blessures, puis à construire des plans d’entrainement, spécifiques ou complémentaires, à l’aide de mouvements correctifs, pour prévenir autant que possible la blessure même si, on le sait, il est malheureusement impossible d’y parvenir complètement. Et je préfère utiliser le terme prophylaxie plutôt que celui de prévention, car ce dernier, à mon sens, laisse trop entendre justement que toutes les blessures peuvent être évitées. La prophylaxie englobe la prévention mais me semble une approche plus « réaliste » et transversale.

 


Quels sont les mesures dites prophylactiques ?

Il faut tout d’abord évaluer les sportifs pour individualiser la préparation physique. Pour cela, plusieurs types de test permettent d’identifier les anomalies, les déséquilibres ou déficits musculaires, les éventuelles raideurs musculaires, souvent à l’origine de blessures. On peut dans un premier temps, réaliser un test isocinétique. Il constitue un premier éclairage incontournable qui en dit déjà beaucoup sur les facteurs de risque d’un athlète. C’est pourquoi il est utilisé depuis des décennies par une grande majorité de staffs médicaux et de préparateurs physiques. Mais il est important de préciser que le bilan de force isocinétique, parce qu’il prend seulement en compte le caractère analytique des mouvements, ne doit être perçu que comme un éclairage. Il ne peut pas constituer la base de l’évaluation d’un athlète. L’absence de prise en compte des mouvements physiologiques, essentielle dans l’approche fonctionnelle, est pour cela rédhibitoire : les tests isocinétiques n’analysent ni la fonctionnalité ni la stabilité des articulations. De plus, la modalité de résistance est éloignée des conditions naturelles de réalisation (pas d’accélération/décélération). Il est donc nécessaire d’aller plus loin et d’établir une batterie de tests fonctionnels, de mobilité et d’intégrité physique, dans lesquels on trouve notamment le « FMS » (Functional Movement Screen), extrêmement complet, qui prend en compte la mobilité, le contrôle moteur (la stabilité) et les patterns de mouvements (schémas moteurs), sur lequel je m’attarde longuement et en détail dans le livre.Une fois la phase d’évaluation et d’identification passée, il s’agit de concocter des programmes et routines individualisés en fonction des résultats des batteries de tests et la prophylaxie peut :

– être intégrée à un entraînement en le complétant par des mouvements spécifiques ;

– ou faire l’objet d’un entraînement à part entière à l’aide de routines de stratégies correctives.

Dans tous les cas, elle doit occuper une place importante dans l’entraînement du sportif.

 

 

Dans votre livre vous utilisez une œuvre d’art pour expliquer une méthode d’entraînement. Expliquez-nous pourquoi ?

Vous savez lorsqu’on est spécialiste, il arrive parfois que l’on reste trop cloisonné dans son seul milieu professionnel, et cela constitue un risque. Il faut donc s’intéresser à d’autres choses que son travail, être ouvert à d’autres domaines. Pour moi, l’art est un excellent moyen de me sortir de mon métier, de la préparation physique ou de l’envisager différemment. L’art a la capacité de vous relier à l’histoire, comme la science. L’art est surtout universel…  Il s’adresse aux sens, aux émotions, à l’intellect. Il nous offre la possibilité de rêver et si la science nous rassure, l’art est là pour nous interroger, nous bousculer, nous imaginer ; Il peut aussi nous aider à mieux comprendre ou interpréter un concept ou une idée.  C’est ce que j’ai tenté de faire avec le « Corazon » (cœur)  de la créatrice de mode Agatha Ruiz de la Prada. En effet, lors de la fête des Lumières en 2012, à Lyon, cette  belle animation représentant un cœur coloré et lumineux, construit en trois dimensions, a particulièrement retenu mon attention.  J’ai trouvé cette œuvre si parlante que je l’ai reprise pour exprimer de manière concrète les principes de l’entraînement fonctionnel. Les trois dimensions symbolisent les trois plans de l’espace sur lesquels peut se mouvoir le corps humain : frontal, sagittal et transversal. Et c’est bien la prise en compte de ces trois plans qui caractérise l’entraînement fonctionnel. J’ai donc reproduit cette œuvre en y ajoutant ma touche personnelle pour vous permettre de mieux appréhender cette forme d’entraînement. Les différents termes qui symbolisent l’approche fonctionnelle en préparation physique apparaissent sur les branches. Et pour chacune de ses branches, un commentaire explicatif avec un exemple précis vous aide à bien comprendre la logique d’entraînement fonctionnel en musculation.

 

 

Vous reversez une partie des bénéfices sur les ventes du livre  à une association caritative. Pourquoi cette démarche?

La philanthropie est une tradition dans ma famille, cette fibre philanthropique me vient de ma mère Martine. Cependant avec mes multiples occupations professionnelles et familiales, je manque cruellement de temps pour m’investir personnellement pour les bonnes causes (humanitaires ou caritatives). C’est pourquoi, j’ai choisi de reverser deux euros (pour chaque livre acheté) à la Fondation Albert Ferrasse dont l’objet est de venir en aide aux joueurs de rugby blessés au cours d’un match. Si j’ai choisi cette fondation, c’est que j’ai un ami, Etienne Dallon, qui a subi en 1997 des lésions cervicales C6-C7 irréversibles lors d’un match de Cadets (moins de 17 ans). J’ai été profondément touché par cette injustice et j’ai donc décidé de contribuer modestement auprès de cette fondation qui l’a soutenu et lui a permis de retrouver une joie de vivre. Aujourd’hui, Etienne est le seul entraîneur en fauteuil à coacher au niveau Fédérale 2 (équivalent de la 4ième division en rugby). Je tiens aussi à le féliciter car la saison dernière (2013/2014), il était l’entraîneur de la réserve et son équipe de Saint Jean en Royans a été championne de France.

 

 

Qu‘avez-vous envie de dire à ceux qui hésitent encore à acheter votre livre ?

Ce Livre permet de comprendre le sens de mon engagement pour la prophylaxie. Il puise son équilibre entre un récit vivant, agrémenté d’exemples saisissants et une réflexion argumentée qui s’appuie sur les questions auxquelles est confronté le milieu de la préparation physique.  En effet, j’ai remarqué que dans le monde de la préparation physique nous mettons l’accent sur la recherche de performance, sur le développement des qualités physiques, mais rarement sur l’approche fonctionnelle et posturale permettant des mouvements efficients avec un niveau correct de mobilité et stabilité. La priorité est donc de s’assurer que les sportifs bougent bien, qu’ils soient équilibrés, stables, mobiles… et suffisamment coordonnés pour pratiquer leur sport en toute sécurité. A partir d’évaluation simple il est possible d’observer certains déséquilibres et anomalies (asymétries, raideurs…) qu’il est important de corriger à l’aide de programmes correctifs pour réduire les blessures. Il est aussi important de tenir compte des antécédents traumatiques et l’historique des blessures pour prévenir les risques de récidives. L’idée que je veux mettre en avant, à travers ce livre, c’est qu’il est possible d’optimiser les performances tout en cherchant à réduire les risques de blessures et allonger les carrières des sportifs. Ce livre va vous aider à mettre en place des stratégies individualisées allant dans ce sens. Vous pouvez par ailleurs en consulter un extrait en cliquant sur le lien https://issuu.com/physiquesperformance/docs/pre__paration_physique_extraits 

 

 

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

J’ai investi beaucoup de temps (plus de cinq ans) et énormément d’énergie pour écrire ce livre. Je veux d’abord voir si ce livre marche bien, si les critiques sont bonnes et si ce livre correspond vraiment à une demande, un besoin et répond aux attentes. Si c’est le cas, j’ai envie d’aller plus loin… mais il y a tellement de « si »!

 

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Il m’a fallu plus de dix ans pour découvrir puis intégrer avec cohérence l’approche prophylactique dans ma façon de travailler. Cet ouvrage vous permettra, je l’espère, de gagner de précieuses années !

 

 

 


Laisser un commentaire