Blog

séparateur titre

Interviews

Del Moral Benjamin : “Pourquoi j’ai choisi de publier préparation physique : une approche intégrée de l’entraînement de force et de coordination”

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Donner une note à cet article) 15 notes
| 9 925 | 0

Suivant les conseils de nos lecteurs, notre directeur Benjamin Del Moral a décidé de vous parler de ses nouveaux choix éditoriaux. Il  vous parle du deuxième livre aux éditions physiques performance : préparation physique : une approche intégrée de l’entraînement de force et de coordination, de Frans Bosch, qui paraîtra en juillet.

 

34560492_1629708807127165_6073455258330202112_n

Expliquez-nous pourquoi vous êtes-vous lancé dans une nouvelle publication ?

Ma société Physiques performance n’a pour l’instant qu’un seul livre en stock. Pour devenir une vraie maison d’éditions, il fallait se lancer dans un nouveau projet et publier un nouveau livre. Au départ, je n’avais pas vraiment de plan d’action, chez moi tout est organique, se développant en fonction des envies, des coups de cœur. J’aime chercher de nouvelles sources d’inspiration, soucieux de constamment me renouveler… la préparation physique est au centre de mes préoccupations, quand j’ai découvert Frans Bosch il y a plus de dix ans, j’ai trouvé nourrisant ses réflexions qui font sortir du cadre général, j’ai voulu en savoir plus, j’ai donc cherché à me documenter, à savoir comment il travaillait notamment avec l’équipe du Pays de Galles ou les Japonais en rugby, j’ai aussi lu ses 2 livres, ensuite j’ai mis en application pratique et j’ai vu que ça fonctionné bien avec mes athlètes. On se nourrit de talent et Frans Bosch est un acteur influent et engagé qui mérite d’être connu en France. Ses travaux sur les composantes de force et de coordination lui valent une réputation mondiale. Il m’a paru important de traduire ses idées. Je veux juste faire découvrir cette approche intégrée de l’entraînement de force et de coordination. Je crois en ce que je fais, je suis mon intuition plus que le marché. Traduire le livre Strength training and coordination : an integrate approach est né d’une envie de partager des savoirs et des connaissances nouvelles dans le domaine de l’entraînement et la préparation physique.

 

Pourquoi avez-vous choisi de traduire ce livre en particulier ?

Ce choix est logique et s’inscrit dans la continuité de mes engagements avec physiques performance où la prévention des blessures et aussi importante que la performance. Ce livre s’est donc imposé à moi comme un champ d’action évident, dans la mesure où il marque singulièrement les débats qui agitent la préparation physique autour de la place de l’entraînement fonctionnel dans la performance sportive. La force est abordée sous l’angle du transfert au geste sportif. Et c’est ce que nous recherchons dans nos entraînements non ? Nous ne faisons pas de la préparation physique pour que les sportifs soient meilleurs sur des tests physiques mais plutôt pour qu’ils soient plus performant dans leur sport. Aujourd’hui, la préparation physique exige d’être toujours plus innovante, plus inventive, voire avant-gardiste, l’approche novatrice développée dans ce livre va dans ce sens.

 

Pouvez-vous être plus précis ?

Ce livre met en exergue les liens étroits qui existent entre les différents aspects de la performance sportive. Dans le processus de réflexion qui domine les approches traditionnelles de l’entraînement de la force, ces liens sont très tôt mis de côté. Ce livre tente de les conserver intacts aussi longtemps que possible. En incorporant la connaissance issue de nombreux domaines de recherche, Frans bosch propose un modèle pratique d’entraînement de la force fonctionnel, basé sur la coordination des patterns d’apprentissage moteur et la mécanique. Bien sûr, ce livre ne prétend pas décrire précisément tous les mécanismes qui entrent en jeu dans l’entraînement, mais son but est bien d’essayer de repousser les limites de la réflexion dans le cadre d’une approche pratique de l’entraînement qui reste, à parts égales, « un savoir » et « un art ». Qui plus est, les adaptations les plus importantes dans l’entraînement spécifique de la force relèvent de la coordination. Il faut donc ne pas se limiter à l’utilisation des mécanismes basés sur la physique comme cadre de référence pour la division méthodique de la surcharge dans l’entraînement de la force et inclure avant tout les mécanismes d’apprentissage. Plutôt que d’aborder l’entraînement de la force sous l’angle de son expression purement mécanique, Frans Bosch tente de produire un modèle axé sur ce qu’on appelle les processus sous-jacents, notamment dans le domaine de la neurophysiologie. . Il met en lumière tous ces processus qui permettent un transfert efficace de l’exercice de la force au geste sportif.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’auteur ?

Frans Bosch enseigne l’apprentissage moteur et la théorie de l’entraînement au Fontys Sports College, aux Pays-Bas. Frans bosch représente à la fois un modèle et un guide sur l’entraînement de la vitesse et de la force en lien étroit avec la coordination toujours dans une logique de spécificité et de transfert. Il fait figure de référence dans les pays anglo-saxons pour ses recherches. Peu connu en France, cet enseignant-formateur, également homme de terrain engagé, a apporté son expertise à de nombreux clubs étrangers et sélections nationales au cours des quinze dernières années. Il possède la « double casquette » de didacticien et de pédagogue. En effet, à la lecture de ce livre on comprend que Frans Bosch est un didacticien, la didactique étant l’art de transposer la théorie en pratique, c’est-à-dire en exercices pédagogiques concrets permettant l’apprentissage qui va faire acquérir ou affiner des compétences ! Il porte donc la casquette de didacticien quand il est dans la conceptualisation (ce qui passe par une maîtrise de théories) et celle de pédagogue quand il bascule dans la mise en œuvre pratique ! Cette distinction nous aide énormément à comprendre ce qu’est notre métier, à planifier une progression des apprentissages.  J’aime m’entourer de gens qui ont une vision et le moins qu’on puisse dire c’est que Frans Bosch nous apporte un nouveau regard sur l’entraînement de la force. Pour lui ; “ l’entraînement de la force spécifique devient alors l’entraînement de la coordination face à une résistance accrue”.

 

Ce livre rompt-il avec les principes classiques qui entourent l’entraînement de la force ?

La réponse est oui car comme le souligne Frans bosch, l’entraînement de la force spécifique a surtout été mis en avant dans des sports – bodybuilding, haltérophilie… – où la force n’est pas appliquée à un geste sportif spécifique et donc n’est pas abordée sous l’angle du transfert. Ces sports sont basés sur les influences qui précèdent le transfert et ne prennent pas en compte la complexité de ce dernier. Les systèmes de pensée résultant de cette approche de l’entraînement de la force spécifique portent un intérêt limité au geste sportif. Dans des pays comme l’Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis, ils ont conduit à l’apparition d’entraîneurs spécialisés dans la force, qui ne s’intéressent pas au geste sportif et se concentrent uniquement sur les mécanismes isolés de production de force comme la réponse hormonale du corps à l’entraînement de la force (Kraemer & Ratamess, 2005) ou la potentialisation par post-activation (PAP), c’est-à-dire l’amélioration de la performance dans un mouvement fonctionnel (par exemple, le saut vertical ou le sprint) comme conséquence d’un exercice de force maximal ou sous-maximal (French et al., 2003; Hamada et al., 2000). Cette approche considère ces mécanismes comme les meilleurs moyens d’améliorer la performance à travers l’entraînement de la force.

 

 Quid des réseaux sociaux pour comprendre Frans Bosch ?

Le poids des réseaux sociaux, en particulier ceux fondés sur l’image comme instagram, facilite la diffusion de tout projet visuel doté d’un impact fort. Les gens sont donc submergés par des informations nouvelles, parfois mêmes contradictoires, ils n’en veulent donc pas davantage mais souhaitent qu’on les aide à les structures. Par exemple, si  vous tapez le hashtag #fransbosch ou #fransboschbook vous allez tomber sur une multitude d’images ou de vidéos de mouvements mais la plupart des personnes ne vont pas en comprendre la logique et l’intérêt, ils vont se dire :  « c’est intéressant mais je ne vois pas bien où il veut en venir ! » On comprend vraiment une approche quand on connait ce qu’il y a derrière. En lisant ce livre vous appréhenderez mieux la théorie générale et vous pourrez ensuite surfer, creuser dans les réseaux sociaux pour y consulter des exercices qui la mettent en pratique.

 

Ce livre doit-il conduire à repenser la préparation physique ?

En réalité nous ne cessons pas d’évoluer de changer comme disait Einstein : “tout est énergie, tout est vibration” et l’’énergie, les idées de Frans Bosch apporte un souffle nouveau à la préparation physique. Son livre lui confère une place singulière, c’est une façon d’aller vers de nouveaux horizons, de faire sauter certaines barrières. Avec cette traduction mon but n’est pas de changer la préparation physique en France mais juste d’agir sur la vision que l’on en a…

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Ce livre fournit aux entraîneurs, préparateurs physiques et kinésithérapeutes (du sport mais pas uniquement) des conseils pour concevoir une approche cohérente basée sur les lois de la coordination. Je discutais le mois dernier avec Romain Guerin, le préparateur physique d’Aix en Provence Rugby il me confiait que pour lui : « l’approche développée par Frans Bosch est le lien manquant entre l’entraînement en salle de musculation et l’entraînement sur le terrain. » je suis complétement d’accord avec cette affirmation. Dernière précision pour nos lecteurs, je ne vous cache pas que ce livre est assez dur à lire avec une terminologie technique et un langage scientifique et soutenu, parfois certains passages voir chapitres demandent un effort intellectuel mais lorsque le sujet vous passionne et qu’il vous permet d’approfondir vos connaissances ce n’est pas bien grave ! Vous ne comprenez pas tout à la première lecture, mais votre curiosité s’aiguise car l’approche novatrice développée dans ce livre remet en question votre conception de l’entraînement ou vous conforte dans vos convictions d’aller encore plus loin dans cette démarche où la frontière entre force et coordination s’efface !


Laisser un commentaire